JOUR 0

Fiche technique

  • CM : Expérimental muet/sonore
  • Réalisation : Vincent Diderot
  • Production : Ad Astra
  • Son : Fred Ambrosio
  • 15 min - HDV + mini35 - 2010
  • www.adastra-films.com

SYNOPSIS

Un homme habite un milieu mécanique où le brouhaha obsédant rythme son quotidien comme une machine.

LE SON DE JOUR 0

On peut voir à travers Jour 0 un hommage au cinéma expressionniste des années 30, le style noir & blanc, muet-sonore, l’univers sombre évoquant l’industrie en crise et la misère dépeinte dans les films de l’époque, le traitement artistique noir, enfin le coté symbolique et surréaliste du récit. Ce film est l’aboutissement d’un travail réparti sur plusieurs années, la version définitive résulte de montages successifs. La partie sonore était très incomplète, il à donc fallu re-bruiter le film entièrement, en commençant par les sons « in » (bruitage de tout ce qui intervient à l’image). C’est une phase de montage minutieuse où l’on synchronise les sons un à un. Il faut procéder à de nombreux ajustements tant sur le calage temporel que sur les timbres utilisés, en effet pour trouver la bonne texture sonore il faut souvent mélanger plusieurs bruitages. (ex: la portes en métal qui claquent en off est un assemblage de 5 ou 6 sons )

Les machines

L’histoire se déroule dans une usine en activité où le bruit des machines est omniprésent. Un travail de sound design particulier à permis de  recréer toute cette mécanique qui  intervient en « off » dans le film. Suite à des essais non concluants avec l’utilisation de bandes son toutes faites (notamment des sons d’industrie dont l’aspect trop moderne ne correspondait pas aux images) et partant du principe qu’un son de machine est une boucle répétitive j’ai pensé pouvoir en fabriquer en utilisant un séquencer et un sampler. Ces appareils sont utilisés  pour programmer des motifs rythmique électroniques mais je remplacerai les sons électro par des bruitages type : grincements, vapeur, ferraille qui s’entrechoque, cliquetis etc… Cette méthode expérimentale à permis une grande liberté de création liée à la variété des sons utilisés, à leur  calage temporel qui joue sur l’aspect  régulier  ou bancal de la rotation et au tempo plus ou moins rapide. J’ai donc préparé plusieurs plages sonores qui ont été intégrées au mixage. L’ojectif était de trouver la bonne adéquation sonore avec l’esthétique du film plutôt qu’un l’effet de réalisme. Ces sons de machines jouent un rôle narratifs important puisqu’ils sont significatifs des humeurs de cette usine qui se personnifie progressivement au cour du film. Outre le coté ludique de cette démarche celle-ci ouvre la réflexion sur la répétition sonore et rejoins les travaux de Steve Reich notamment.

Spatialisation et fonds d’air

La spatialisation intervient lors du mixage, c’est une phase de travail qui consiste à placer les sons « géographiquement »  dans l’espace sonore. Plusieurs paramètres entrent en compte la stéréo, le volume et l’égalisation plus ou moins sourde qui vont jouer sur la distance et la réverbe sur la manière dont le son résonne. Dans Jour 0  il était important de travailler sur la spatialisation pour faire ressortir la résonance si particulière de l’usine avec  ses grandes salles austères en béton et intégrer les bruitages, en particulier ces sons « off » de machines qui résonnent différemment en fonction du lieu où se déroule l’action.  De même l’utilisation de fonds d’air à été importante pour modeler la signature sonore des lieux. Ces silences neutres sont généralement utilisés comme fonds sonores discrets dans des scènes de dialogue, mais dans Jour O il était intéressant de jouer avec : en les superposant, en exagérant le volume, en utilisant des fonds d’air inappropriés au lieu etc.. afin accentuer le coté pesant de certaine scène. Il y a également un jeu sur l’évolution de ces nappes dans le temps et la manière dont elles interagissent.

La scie musicale

Si on devait parler d’un champ lexical sonore pour ce film ça serait celui du métal, utilisé dans toutes ses variantes: grincements, frottements, vibrations, choc en tout genre, clics , métal coupé, soudé, percé, embouti, martelé. La scie musicale viens en quelque sorte parachever cet univers métallique. On a travaillé à partir de vieux enregistrements qui ont été restaurés, et remontés en séquences, puis il a fallu trouver un son, un peu mystique tout  en gardant la sonorité originale de la scie, donc j’ai joué sur des effets doublages légèrement décalés et  sur la stéréophonie.

SÉLECTIONS EN FESTIVALS

– Forum des Images – Cycle sur « Un monde de machines » (France)
– UTOPIALES 2010 (France)
– Bunter Hund (Germany)
– BRNO 16 (Czech Republic)
– 11th International Izmir Short Film Festival (Turkey)
– 12ème Rencontres Cinéma et Vidéo de Nice (France)

 

forum

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *